Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Le Greenlab plante le décor écoinnovant de l'UPMC

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Le Greenlab plante le décor éco-innovant de l'UPMC

Le Greenlab de l’UPMC, c’est the place to be pour conduire un projet innovant et végétal. Qu’ils soient en master ou en licence, qu’ils cherchent à recycler les résidus de fabrication de la bière, ou créent des bacs de plantation mobiles, les étudiants peuvent s’y activer à volonté. Depuis la rentrée, un espace de travail commun (coworking) ouvert aux entreprises favorise l’émergence de nouveaux projets et affiche les forces de l’université en éco-innovation végétale. Focus avec Christophe Bailly, co-fondateur de la structure et enseignant-chercheur à l’institut de biologie Paris Seine (IBPS*).

« Je suis bluffé ! Les étudiants ne manquent pas d’idées ! ». Christophe Bailly, initiateur du Greenlab est content. Les projets éco-innovants fourmillent du côté de l’Atrium. L’année dernière, deux étudiantes de master ont breveté un système de culture de légumes à l’aide d’aquariums et de poissons (aquaponie). « C’est la première fois que je vois un projet étudiant aller jusqu’au brevet ! ». Un autre cherche à étudier l’impact des ondes électromagnétiques sur les végétaux. « Un projet couple même des plantes sensitives à l’électronique pour fabriquer un réveil matin ! ».

Désormais branche éco-innovation végétale du PMClab, le Greenlab est né en septembre 2014. Il découle de la spécialité écophysiologie et éco-toxicologie du master SDUEE** de l’UPMC - plus précisément de son UE éponyme - et a également été impulsé par deux étudiants, Jules Castro et Victorien Point. « Je voulais que les étudiants sortent des sentiers battus de l’enseignement. Qu’ils soient embarqués dans un véritable processus de création et d’innovation. Qu’ils conduisent des projets de A à Z », se souvient Christophe Bailly. « Nous fonctionnons donc sur un mode participatif où toute personne porteuse d’un projet éco-innovant ou souhaitant s’investir dans le domaine est la bienvenue ».

1500 emplois de cadres en 2020

Cette année, la structure a été sélectionnée par les budgets participatifs de la mairie de Paris. « Pour la municipalité, notre projet s’inscrit complètement dans la mouvance de la plante actrice économique de la ville, source d’énergie, de dépollution, etc. Elle nous a attribué 25 000 euros pour créer un espace de coworking et l’équiper », se réjouit l’enseignant-chercheur qui a pu transformer une salle de TP de l’Atrium pour l’occasion.

Avec ce nouvel outil, le Greenlab s’ouvre sur l’entreprise et change de braquet. Une étude menée par la région Ile-de-France évalue en effet à 1500 le nombre d’emplois de cadres devant émerger dans le domaine de l’éco-innovation végétale d’ici 2020. « Beaucoup d’entrepreneurs se sont lancés sur ce créneau sans compétences scientifiques et techniques. Les étudiants et les enseignants-chercheurs qui gravitent autour de notre open lab répondent à ces besoins. C’est une réelle opportunité pour l’UPMC ».

 

Partenariat entreprise-étudiant

Cinq entreprises et associations ont déjà confié certains de leurs projets au Greenlab. Une dizaine de dossiers sur lesquels plancheront les étudiants de l’UE éco-innovation. « Si l’objectif est dans un premier temps pédagogique, j’espère que ces partenariats étudiants-entreprises dépasseront le calendrier universitaire ». Christophe Bailly mise sur la poursuite des projets hors enseignements et, pourquoi pas, sur des dépôts de brevets ou des montages de startups.

L’enseignant estime le coworking et l’entrepreneuriat particulièrement bénéfiques pour les étudiants. A tel point qu’il serait prêt à les substituer au traditionnel stage de master 2. Il s’est d’ailleurs rapproché de Sorbonne Universités et son initiative « Pépite » en faveur de l’entrepreneuriat étudiant pour amorcer sa réflexion. « Les licences devraient également pouvoir valider des ECTS*** à travers notre dispositif. Nous y travaillons », ajoute le scientifique. En témoignent les ateliers pédagogiques que montent actuellement les deux emplois étudiants embauchés pour animer la structure.

Le Greenlab à la COP 21

Entre les entreprises, les étudiants de masters, de licence, et les professeurs qui encadrent scientifiquement les projets, le Greenlab devient une vitrine des forces éco-innovantes de l’UPMC. Les étudiants s'investissent d'ailleurs dans un concours organisé par le PMClab et dédié à l'innovation pour l'environnement (concours Brainspark). Les acteurs du Greenlab participeront en outre à la COP 21 à travers une compétition internationale d’innovation sur la ville énergétiquement autonome. « Nous avons là une vraie carte à jouer », conclut le chercheur.

 

* UPMC/Inserm/CNRS

** Master sciences de l'Univers, environnement, écologie

*** European Credit Transfer System

En savoir plus

PMClab : entre initiative étudiante et innovation pédagogique

Le site du PMClabNouvelle fenêtre

Le master SDUEE

L'institut de biologie Paris-SeineNouvelle fenêtre

Le site Demain le climatNouvelle fenêtre

Le site de la COP21Nouvelle fenêtre

Quelques explications sur l'aquaponieNouvelle fenêtre

Le concours Brainspark du PMClabNouvelle fenêtre

 

En photo : Christophe Bailly accompagné de Matthias Blanc et Victorien Point, étudiants référents du Greenlab. Crédits : Pierre Kitmacher - direction de la communication UPMC.

 



27/10/15