Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Redéfinition du sepsis

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Claire de Thoisy-Méchin
Attachée de presse,
tél. 01 44 27 23 34

courriel : claire.de_thoisy-mechin@upmc.fr

Redéfinition du sepsis pour une prise en charge plus rapide et adaptée

Une étude européenne, coordonnée par le Dr Yonathan Freund du service d’accueil des urgences de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP et de l’Université Pierre et Marie Curie, a permis de valider des nouveaux critères du sepsis, un état d’infection grave avec défaillance d’organe menaçant le pronostic vital du patient. Les résultats de cette étude, menée dans 30 centres et 4 pays (France, Espagne, Belgique et Suisse), permettront une meilleure prise en charge des patients infectés admis aux urgences. Ils font l’objet d’une publication dans la revue Jama (The Journal of the American medical association) le 17 janvier 2016.

 

La mortalité due à un sepsis est évaluée entre 10 et 20%, ce qui requiert une prise en charge adaptée et rapide. Début 2016 un groupe international d’experts SEPSIS-3 a redéfini et regroupé les termes de sepsis et de sepsis sévère autour du concept unique de « sepsis ». Ce dernier est désormais caractérisé par un score SOFA, pour « Sequential Organ Failure Assessment », au moins égal à 2 points. Ce groupe a également introduit un nouveau score, le quick SOFA (qSOFA), qui s’appuie sur 3 variables cliniques simples (pression artérielle systolique ≤ 100mm Hg ; fréquence respiratoire ≥ 22/mn ; confusion), afin d’aider à la détection rapide du sepsis. 

 

L’utilisation de ces nouveaux critères permet une identification plus rapide des patients nécessitant un suivi accru et/ou un traitement spécifique. « Il est à présent bien démontré que la prise en charge précoce du sepsis améliore la survie, et la validité de ces nouveaux critères peut permettre une prise en charge plus rapide et adaptée à cet état de gravité » explique le Dr Yonathan Freund. « C’est la première étude qui valide les critères de SEPSIS-3 et l’utilisation du qSOFA. Elle se focalise sur les patients aux urgences, qui constituent 2/3 des patients en sepsis ».

 

©Lucien Lung dans le Washington post

En savoir plus

Télécharger le communiqué de presse completNouvelle fenêtre



21/02/17