Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

glyptodons

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Claire de Thoisy-Méchin
Attachée de presse,
tél. 01 44 27 23 34

courriel : claire.de_thoisy-mechin@upmc.fr

Les glyptodons, une lignée éteinte de tatous

Spécimen fossile de Doedicurus du Musée de La Plata (Argentine)   © Museo de La Plata / Sergio Vizcaino

Jusqu’à la dernière glaciation, l’Amérique du Sud était parcourue par une mégafaune impressionnante.

Au milieu de créatures comme le mégathérium, un paresseux de la taille d’un éléphant, paissaient diverses espèces de glyptodons. Ces imposants mammifères à carapace étaient traditionnellement rapprochés des tatous, tout en restant distincts, mais leurs affinités phylogénétiques exactes demeuraient jusqu’ici énigmatiques. Une équipe pilotée par l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier/IRD/EPHE) et le centre McMaster aDNA au Canada , impliquant en France le Centre de recherche sur la paléobiodiversité et les paléoenvironnements (CNRS/Muséum national d’Histoire naturelle/UPMC), a résolu cette question en séquençant le génome mitochondrial complet d’un spécimen vieux d’environ 12 000 ans. Les chercheurs sont ainsi parvenus à déterminer que les glyptodons représentaient une lignée éteinte de tatous qui a subi une spectaculaire augmentation de taille depuis leur apparition il y a 35 millions d’années. Ces travaux sont publiés le 22 février 2016 dans la revue Current Biology.

Télécharger le communiqué de presse completNouvelle fenêtre.



Photo : Spécimen fossile de Doedicurus du Musée de La Plata (Argentine) © Museo de La Plata / Sergio Vizcaino



02/03/16