Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

ondes gravitationnelles

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Coordination du pôle énergie, matière et Univers :

- Laurence Rezeau
- Pascal Vincent
- Bernard Perrin
- Thibaud Coradin
- Stéphane Carniato

Energie, matière et Univers

  • 1050 enseignants-chercheurs et chercheurs
  • 590 personnels d'appui à la recherche
  • 700 doctorants
  • 35 unités de recherche
  • 7 écoles doctorales

Les ondes gravitationnelles détectées 100 ans après la prédiction d’Einstein

Pour la première fois, des scientifiques ont observé des ondulations de l’espace-temps, appelées ondes gravitationnelles, produites par un événement cataclysmique dans l’Univers lointain atteignant la Terre après un long voyage. Cette découverte confirme une prédiction majeure de la théorie de la relativité générale énoncée par Albert Einstein en 1915 et ouvre une toute nouvelle fenêtre sur le cosmos.

 

Les ondes gravitationnelles portent en elles des informations qui ne peuvent pas être obtenues autrement, concernant à la fois leurs origines extraordinaires (des phénomènes violents dans l’Univers) et la nature de la gravitation. La conclusion des physiciens est que les ondes gravitationnelles détectées ont été produites pendant la dernière fraction de seconde précédant la fusion de deux trous noirs en un trou noir unique. La possibilité d’une telle collision de deux trous noirs avait été prédite, mais ce phénomène n’avait jamais été observé.

 

Ces ondes gravitationnelles ont été détectées par les deux détecteurs jumeaux de LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory) situés aux Etats-Unis – à Livingston, en Louisiane et Hanford, dans l’Etat de Washington. Les observatoires LIGO sont financés par la National Science Foundation (NSF) ; ils ont été conçus et construits par Caltech et le MIT, qui assurent leur fonctionnement. La découverte, qui fait l’objet d’une publication acceptée par la revue Physical Review Letters, a été réalisée par la collaboration scientifique LIGO (LSC – qui inclut la collaboration GEO et l’Australian Consortium for Interferometric Gravitational Astronomy) et la collaboration Virgo, à partir de données provenant des deux détecteurs LIGO. Une centaine de scientifiques provenant de six laboratoires associés au CNRS, incluant des membres de l’équipe Optomecanique et Mesures Quantique au LKB, ont contribué à cette découverte au sein de la collaboration Virgo.

 

Contact : Pierre-Francois Cohadon, LKB Virgo - cohadon@lkb.upmc.fr

Delphine Charbonneau, Chargée de communication – delphine.charbonneau@lkb.ens.fr

Crédits photo © Virgo / Nicola Baldocchi 2015

 

Source : Laboratoire Kastler BrosselNouvelle fenêtre



12/02/16