Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

La recherche au féminin à l'UPMC

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

DGRTT

Tél : 01 44 27 26 48

La recherche au féminin à l'UPMC

Tout au long de l’année, les chercheuses de l’UPMC expriment leurs talents dans tous les domaines de recherche.

 

 

 

 

 

 

Astronomie

Fatoumata Kebe est doctorante à l’institut des mécaniques célestes et de calcul des éphémérides (IMCCE, UPMC/Observatoire de Paris/Université Lille I/CNRS). Morceaux de fusées, de satellites, écailles de peinture…la jeune chercheuse a choisi de traquer les millions de débris spatiaux qui polluent les abords de la Terre depuis les débuts de la conquête spatiale il y a 60 ans. La jeune femme a d'ailleurs créé deux entreprises : la première, Created Eco, propose des capteurs fonctionnant à l’énergie solaire; la seconde, DEB, est spécialisée dans la collecte des débris spatiaux. Pour ces deux créations, Fatoumata Kebe a été récompensée en 2015 par le prix La Tribune Women’s Awards 2015.

A lire : La doctorante qui traquait les débris spatiaux

© Géraldine Bachmann pour l'UPMC

Education thérapeutique

Catherine Tourette-Turgis est professeur en pédagogie à l'UPMC. Grâce au soutien de la faculté de médecine de l’université, elle a fondé en 2010 la première offre de formation diplômante française en éducation thérapeutique ouverte aux malades. Grâce à l’université des patients, les malades chroniques deviennent experts de leur pathologie et acteurs du système de santé. En 2015, le fonds de soutien à la recherche MSDAVENIR et la fondation de l’université Pierre et Marie Curie ont signé une convention de mécénat d'un million d'euros sur trois ans pour soutenir le développement de l’université des patients.

A voir : Devenir un acteur de santé avec l'université des patientsNouvelle fenêtre

© Géraldine Bachmann pour l'UPMC

 

Informatique médicale

Marie-Christine Jaulent est directrice du laboratoire d'informatique médicale et d'ingénierie des connaissances en e-santé (LIMICS, Inserm/UPMC/Université Paris 13). Ce laboratoire pluridisciplinaire propose des approches innovantes de traitement de l'information de santé sur les plans méthodologique et applicatif. La chercheuse sera présente lors de la prochaine conférence Sciences à Coeur le jeudi 17 mars 2016 à l'UPMC, en tant que spécialiste du traitement des données de santé publique.

A lire dans le dossier "En toute simplexité, les smart data à l'UPMC": e-santé et patient connecté

© Droits réservés

 

Paléontologie

Marie-Béatrice Forel est post doctorante au centre de recherche sur la paléobiodiversité et les paléoenvironnements (CNRS/MNHN/UPMC). Elle étudie l’anatomie de micro-crustacés, les ostracodes, ayant survécu à l’extinction la plus dévastatrice de l’histoire de la Vie il y a 252 millions d’années.
Grâce à des campagnes de récolte en zones climatiques similaires à celles où se développaient les tapis microbiens, elle peut ainsi caractériser leurs préférences environnementales et mieux comprendre les écosystèmes passés. Ses recherches ont été récompensées en 2015 par une bourse l'Oréal-Unesco.

A voir : Paroles de... paléontologueNouvelle fenêtre

© Géraldine Bachmann pour l'UPMC

Climat

Laurence Eymard est directrice de recherche CNRS au Laboratoire d'océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN, UPMC/CNRS/MNHN/IRD) et directrice de l'Observatoire des sciences de l'Univers Ecce Terra. Elle s’intéresse à la mécanique de ces échanges, les quantifie et en suit les évolutions. Avec l’objectif second de mieux comprendre et de modéliser le climat terrestre et le système couplé océan-atmosphère. Sous le signe de la COP21 en 2015, la chercheuse était responsable scientifique de l'année thématique "Demain le climat" organisée par Sorbonne Universités. 

A lire dans le dossiers "Les sciences du climat à l'UPMC": Les océans, régulateurs du climat terrestre

© UPMC - Pierre Kitmacher

Thermodynamique

Leticia Cugliandolo est enseignant-chercheur au laboratoire de physique théorique et hautes énergies (LPTHE, UPMC/CNRS). Son champ d’action se porte sur la physique théorique, et plus précisément sur la théorie du verre. Il s’agit de notions abstraites qui consistent à étudier des systèmes complexes en faisant interagir des objets comme des particules, ou encore des molécules. Afin de récompenser tous ses travaux, elle a reçu en 2015 le prix Irène Joliot-Curie 2015 dans la catégorie femme scientifique de l’année.

A lire : Leticia Cugliandolo, physicienne à l’UPMC et femme scientifique de l’année 2015

© Droits réservés

 

 

 

Photo de tête © UPMC - Pierre Kitmacher

 

 



08/03/16