Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Quand un médicament « anti-hypertension » pourrait soigner certaines dermatites

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Quand un médicament « anti-hypertension » pourrait soigner certaines dermatites

Les crèmes dermatologiques à base de corticoïdes sont indiquées pour le traitement symptomatique d’affections cutanées inflammatoires comme la dermatite atopique ou l’exéma par exemple. Elles entraînent néanmoins des sensations de brûlure légère et finissent la plupart du temps par induire une atrophie cutanée, c’est-à-dire un amincissement de la peau qui se fragilise. Les travaux de Nicolette Farman, directrice de recherche Inserm au département « Physiologie, métabolisme, différenciation » au centre de recherche des Cordeliers (Inserm/UPMC/Paris Descartes) ont montré qu’un médicament connu de longue date mais destiné à traiter l’hypertension artérielle pouvait servir en cas de… dermatite. Et si c’était cela aussi le biomimétisme ?

 

L’application de corticoïdes sur de la peau provoque son amincissement : en six jours, l'épaisseur de l’épiderme est réduite d'un tiers. Des récepteurs minéralocorticoïdes, présents notamment dans le rein, le coeur, l’oeil et certains neurones, réagissent à l'aldostérone, une hormone qui régule la pression sanguine. Ces récepteurs sont également très sensibles aux corticoïdes. C’est ce qui a donné l’idée à des chercheurs et cliniciens spécialisés en endocrinologie et en dermatologie de provoquer le blocage pharmacologique des récepteurs minéralocorticoïdes grâce à des antagonistes spécifiques ajoutés au traitement corticoïde.

Le récepteur minéralocorticoïde est exprimé dans les épithéliums qui réabsorbent du sodium (rein, côlon, glandes salivaires et sudoripares), mais aussi dans d’autres tissus potentiellement sensibles aux antagonistes du récepteur, dont le coeur, les vaisseaux, la rétine et la peau. D. R.

 

D'un point de vue clinique, il s'avère que le spironolactone, médicament utilisé depuis très longtemps comme anti-hypertenseur, est un antagoniste du récepteur minéralocorticoïde. Les scientifiques ont donc testé un traitement à base de spironolactone pendant 28 jours chez 23 volontaires sains. Différentes compositions de crèmes leur ont été appliquées sur quatre zones de leurs bras : une crème contenant un corticoïde puissant utilisé en dermatologie, une crème contenant de la spironolactone, la combinaison des deux molécules et un placebo.

 

L'impossibilité pour le corticoïde de se fixer sur les récepteurs minéralocorticoïdes du fait de l’addition de spironolactone restaure la prolifération des cellules de l’épiderme et corrige en partie son atrophie. Ce qui est plutôt prometteur. Il reste à reformuler ce médicament ancien pour lui attribuer d’autres vertus thérapeutiques et diminuer les effets secondaires cutanés des corticoïdes sans pour autant empêcher leur efficacité.

Pour en savoir plus :

Équipe « rôles physiopathologiques du récepteur minéralocorticoïde » du département « Physiologie, métabolisme, différenciation » au centre de recherche des Cordeliers (Inserm/UPMC/Paris Descartes)

 

À voir : Manque de peauNouvelle fenêtre, vidéo Inserm. Un anti-hypertenseur améliore les traitements cutanés à base de corticoïdes. Des recherches fondamentales sur la tension artérielle ont conduit des chercheurs de l'Inserm à obtenir des résultats inattendus : les médicaments utilisés pour l'hypertension réduisent les effets secondaires des crèmes à base de corticoïdes que l'on utilise pour certaines maladies de peau.

 

Illustration, infographies et liens

 

Références :

  • Topical Mineralocorticoid Receptor Blockade Limits Glucocorticoid-Induced Epidermal Atrophy in Human Skin. Maubec E, Laouénan C, Deschamps L, Nguyen VT, Scheer-Senyarich I, Wackenheim-Jacobs AC, Steff M, Duhamel S, Tubiana S, Brahimi N, Leclerc-Mercier S, Crickx B, Perret C, Aractingi S, Escoubet B, Duval X, Arnaud P, Jaisser F, Mentré F, Farman N. J Invest Dermatol. 2015 Jul; 135(7):1781-9.
  • Emerging Roles of the Mineralocorticoid Receptor in Pathology: Toward New Paradigms in Clinical Pharmacology. Jaisser F, Farman N. Pharmacol Rev. 2016 Jan;68(1):49-75.



24/05/16