Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

La high-tech entre au bloc

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Recevez nos informations

La direction de la culture de l'UPMC organise tout au long de l'année des évènements culturels sur les sites de Jussieu et des Cordeliers.

Pour recevoir régulièrement des informations sur ces événements, envoyez-nous un courriel avec vos prénom, nom et adresse mail à info.culture@upmc.fr.

 

Nous vous ...

» En savoir +

Contact

Direction de la culture
UPMC - BC 603
4, place Jussieu 75252 Paris cedex 05
Tél. : 01 44 27 21 00
info.culture@upmc.fr

  • Directrice par intérim : Sophie Cluet
  • Chargée de mission Science-Société : Cécile Nécol tél. 01 44 27 29 13
  • Chargée de mission Patrimoine scientifique et médical : Frédérique Andry-Cazin tél. 01 44 27 35 70

Pleine lumière sur la santé – "La high-tech entre au bloc"

SCIENCES À COEUR SAISON 9

Jeudi 15 juin 2017 à 18 h

 

Attention : La conférence aura lieu sur le Campus Pitié-Salpêtrière,

Amphithéâtre D

91 boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris

(Accès précisé sur ce site de l'InriaNouvelle fenêtre)

 

Inscriptions en ligneNouvelle fenêtre recommandées.

La high-tech entre au bloc

Du robot chirurgien à l’imagerie par ultrasons, les avancées scientifiques et technologiques aident les praticiens à établir des diagnostics plus précis et modifient radicalement leur travail. L’imagerie, la robotique ou encore la réalité virtuelle sont des outils révolutionnaires qui peuvent permettre une meilleure compréhension des maladies et mieux accompagner les patients. Pour cette troisième conférence, la médecine se plonge dans les nouvelles technologies sans ordonnance.

Avec la participation de Maya de Buhan, titulaire de la chaire junior Sorbonne Universités FaciLe, Dominique Hasboun, maître de conférences à l’UPMC, neurologue et neuroanatomiste et directeur de TICEMed, Emmanuel Gutman, directeur général de Streetlab (avec l'Institut de la Vision), Guillaume Morel, professeur de robotique à l’UPMC et membre de l’institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR, UPMC/CNRS/Inserm) et Benoît Perthame, professeur à l'UPMC et directeur du laboratoire Jacques-Louis Lions (LJLL, UPMC/CNRS/Université Paris Diderot)
Une rencontre animée par Daniel Fiévet, journaliste scientifique sur France Inter.

Maya de BUHAN

Maya de Buhan est chargée de recherche CNRS en mathématiques appliquées au MAP5 (Mathématiques appliquées de Paris 5, CNRS/université Paris Descartes). Elle s’intéresse aux aspects théoriques et numériques des problèmes inverses, principalement pour des phénomènes de propagation d’ondes. Depuis 2014, Maya de Buhan est titulaire de la chaire junior Sorbonne Universités FaciLe dans le cadre de laquelle elle mène des recherches en reconstruction faciale.

Avec la chaire thématique FaciLe, Sorbonne Universités a ouvert un champ de recherche novateur : exploiter les techniques de calcul scientifique et de visualisation numérique en 3D pour reconstituer le visage d’un individu à partir de son squelette crânien. À la clé : des applications en médecine légale pour l’identification judiciaire de restes humains, mais aussi en paléontologie et archéologie, pour savoir à quoi ressemblaient des peuples ou personnages du passé.

Pour en savoir plus :
Le site du MAP5Nouvelle fenêtre
Le projet est porté par l'Institut des sciences du calcul et des données de l'UPMCNouvelle fenêtre (en anglais)
La page personnelle de Maya de BuhanNouvelle fenêtre sur le site de l'Université Paris Descartes
La page du projet FaciLeNouvelle fenêtre sur le site de Sorbonne Universités

 

Photo Maya de Buhan : DR

Dominique HASBOUN

Dominique Hasboun, neurologue et neuroanatomiste, enseigne au CHU de la Pitié-Salpêtrière, il collabore avec les équipes du centre de recherche de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (UPMC/CNRS/Inserm). Dans le cadre de l'équipe d'épileptologie des Pr M. Baulac et S. Dupont, il a eu une activité de consultation puis a mis en place l'activité stéréotaxique pour les explorations intracérébrales des épilepsies réfractaires au traitement. Au fil des ans, en véritable adepte de la pédagogie numérique, il a su moderniser les pratiques d’enseignement en médecine par une iconographie plus adaptée, un contenu fiable et une information en accès libre et permanent. Ses cours en ligne aident ainsi ses étudiants à approfondir leurs connaissances et aux étudiants distants de se former.

 

À la tête de TICEMed, la structure de l’UPMC chargée des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement médical. Il est responsable de la mise en place de tous les moyens numériques mis à la disposition des enseignants, de l'administration et des étudiants en particulier des plateformes pédagogiques. Dominique Hasboun est à l’origine du site Neur@nat qui propose un enseignement innovant de la neuro-anatomie par l'image aussi bien pour l’enseignement présentiel que pour la formation médicale continue du corps médical (anatomistes, radiologues, cliniciens), des étudiants en médecine et des chercheurs en neurosciences. Il a contribué à la création de l'exposition permanente C3RV34U, l’EXPO NEUROLUDIQUE à la Cité des sciences sous la direction scientifique de Stanislas Dehaene du collège de France.

Pour en savoir plus :
Le site TICEMedNouvelle fenêtre
La Web-TV de la faculté de médecine Pierre et Marie CurieNouvelle fenêtre
Le site NeuranatNouvelle fenêtre
Article sur le site de l'Etudiant : « NTIC à la fac : voyage au cœur du cerveau humain à l'UPMC »Nouvelle fenêtre
Interview de Dominique HasbounNouvelle fenêtre en vidéo sur Dailymotion

Photo Dominique Hasboun : DR

Emmanuel GUTMAN

Emmanuel Gutman est directeur général de Streetlab (avec l'Institut de la Vision). Streetlab est une société de service créée par l’Institut de la Vision et l’UPMC.  Située au coeur de l’Institut de la Vision sur le site du Centre Hospitalier National des Quinze-Vingts, la société a pour mission de produire des expertises, d’évaluer et éventuellement de labelliser des services ou des produits et d’accompagner les industriels tout au long du développement de produits et services innovants pour améliorer l’autonomie, la mobilité et la qualité de vie des personnes déficientes visuelles (rétines artificielle, bénéfice thérapeutique médicaments, aides techniques, etc.).

Pour en savoir plus :
Le site de StreetlabNouvelle fenêtre
Le site de l'Institut de la vision Nouvelle fenêtre(UPMC/CNRS/Inserm)
Article sur le site de l'UPMC : « Une mise en accessibilité de l’espace urbain pour les déficients visuels »
Article sur le site des Editions Mypharma : "Streetlab et Iris Pharma partenaires dans l’évaluation clinique de produits à l’usage des malvoyants"Nouvelle fenêtre
Présentation du projet PanammesNouvelle fenêtre, sur le site Handicap Zéro

Photo Emmanuel Gutman : DR

Guillaume MOREL

Guillaume Morel est professeur de robotique à l’UPMC. Au sein de l’institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR, UPMC/CNRS/Inserm), il dirige une équipe Inserm qui développe le concept de co-manipulation : il s’agit de concevoir des machines qui assistent le geste d’un utilisateur pour réaliser de tâches de manipulation difficiles ou fatigantes. Le défi ? Rendre intuitif l’usage de ces machines. Pour cela, les machines doivent interpréter les gestes ou les intentions et réagir en temps réel. Les applications ? Dans le domaine de la santé, un co-manipulateur peut aussi bien assister le geste expert d’un chirurgien ou le geste déficient d’un patient handicapé.

Pour en savoir plus :
Le site de l'Institut des systèmes intelligents et de robotiqueNouvelle fenêtre (ISIR, UPMC/CNRS/Inserm)

Article de G. Morel "Robots chirurgiens : la comanipulation, avenir de la chirurgie ?Nouvelle fenêtre" sur le site de Futura-sciences

 

Photo Guillaume Morel : DR

 

Benoit PERTHAME


Benoît Perthame, professeur UPMC et directeur du laboratoire Jacques-Louis Lions (LJLL, UPMC/CNRS/Université Paris Diderot)

La modélisation mathématique est à la base des simulations numériques. L’efficacité de cette approche, née avec la science moderne, n’est plus à démontrer. On calcule la trajectoire des sondes spatiales ou un  profil d’avion avant le test en soufflerie. La complexité du vivant rend cette démarche bien plus ardue mais les mathématiques y sont aussi utilisées, par exemple en neurobiologie, écologie, biomécanique. L’enjeu est maintenant de développer l’analyse mathématique adaptée à la spécificité du vivant.

Pour en savoir plus :
Site du Laboratoire Jacques-Louis LionsNouvelle fenêtre (LJLL, UPMC/CNRS/Université Paris Diderot)
Page personnelle sur ce siteNouvelle fenêtre
Site de la faculté de mathématiques Pierre et Marie CurieNouvelle fenêtre
Article : « Quand les maths s’attaquent au cancer »Nouvelle fenêtre sur le site de l'UPMC
Article « Sauver des vies humaines en accélérant le diagnostic des accidents vasculaires cérébraux »Nouvelle fenêtre sur le site de l'UPMC

 

Retour au programme général de Sciences à Coeur saison 9



02/05/17